Un technicien guitare raconte …

Il est le technicien guitare de Jett Rebel et d'Adje Vandenberg, et il a déjà offert ses services à Van Velzen, Within Temptation et Di-rect. Et en mars, il sort un disque avec son nouveau groupe, STAVAST. En dehors de ses diverses activités, ce sympathique jeune garçon est à votre disposition dans le magasin Keymusic de Rotterdam pour réparer votre instrument. Nous avons discuté avec Robin Baard, de son parcours en tant que réparateur de guitares.

Parle-nous de ton passé : comment en es-tu arrivé à atterrir dans le petit monde des réparateurs de guitares ?

Eh bien, en fait, c'est arrivé par hasard. Je travaillais déjà depuis des années comme technicien guitares pour des groupes. Je les aidais à monter et à démonter la backline (NdT : amplis instruments placés derrière [= 'back'], dans le "dos" des musiciens) lors des concerts, festivals et autres apparitions diverses. Dans ce genre de situations, il y a toujours une sorte de répartition entre les percussions, les claviers … et les guitares, et c'est cette partie qu'on m'avait attrinuée, parce que j'étais guitariste.

Le groupe avec lequel j'ai commencé s'appelait les 'Heideroosjes'. Comme je les connaissais et qu'ils avaient besoin de quelqu'un en tournée, je les ai accompagnés. A cette époque, je ne savais pas encore exactement comment un spectacle 'live' fonctionnait. A partir de là, les groupes et les scènes n'ont pas cessé de gagner en importance, mais on ne pouvait pas encore vraiment parler de réparations, il s'agissait plutôt de petits réglages. Et puis à un moment donné, en 2010, je suis allé travailler chez Keymusic, où j'ai appris des tas de choses en matière de réparations.

Ceci dit, j'ai toujours marqué un vif intérêt à comprendre comment les guitares étaient construites, et j'en suis tout naturellement arrivé à démonter ma première guitare pour voir quelles sortes de composants elle renfermait. Puis il s'agissait aussi d'essayer de remonter la guitare, mais sans encore comprendre le "pourquoi" des choses, donc, cela ne menait pas très loin … A un moment donné, j'en faisais même des sortes de petits projets, comme celui de démonter une guitare basse, puis de la remonter. Et ainsi de suite jusqu'à ce que cela arrive à la perfection.

En fait, au départ, je n'ai jamais vraiment pensé à en faire mon gagne-pain : c'est juste que je trouvais cela très intéressant, voilà tout ! Mais il en découla que bon nombre de musiciens venaient vers moi pour régler une guitare. Et je la réglais comme personnellement, j'aimais qu'elle soit réglée, pour qu'elle ait le son qui me plaisait. Il semble que cela ait plu également à pas mal de monde … et progressivement, de plus en plus de gens venait me demander les mêmes services. Du coup, je me suis mis à faire un peu de marketing via Instagram et Facebook. Lentement mais sûrement, la liste des clients pour qui je travaillais s'agrandissait : VanVelzen, Within Temptation, Di-rect, tous étaient des groupes où j'assurais des remplacements au pied levé. A l'époque, je me suis mis à acheter de plus en plus de matériel, au fur et à mesure que des clients me mettaient devant de nouveaux défis, de plus en plus exigeants …

Tu as donc commencé par accompagner de petits groupes. Le fais-tu toujours à l'heure actuelle ?

Oui, oui, toujours. Pour l'instant, c'est avec Jett Rebel. Et avec le groupe d'Adje Vandenberg. Pour Jett Rebel, je suis une sorte de technicien de luxe : je règle et je répare toutes ses guitares. Quand quelque chose doit être réparé au cours d'une tournée, je le fais sur place ou je le reprends chez moi. Et avec Jett Rebel, il m'arrive aussi d'aller jusque chez lui, car il a tellement de guitares ! Alors, je prends mes outils et je vais effectuer les réparations chez lui.

De quel genre de réparations s'agit-il ?

Il s'agit toujours d'électronique, de chevalets, de sillets de tête et de frettes. Ce sont, pour ainsi dire, les "points sensibles" d'une guitare, car ce sont les endroits qui se détériorent le plus rapidement, et c'est donc là qu'il y a des choses à faire régulièrement.

Selon toi, quelle est la plus-value des réparations en magasin ?

C'est le fait que les gens te voient réellement en train de travailler. Pour Keymusic, c'est avant tout un service, pas besoin pour les clients d'aller autre part pour une réparation. De plus, cela réintroduit aussi une touche artisanale dans notre boulot. C'est d'ailleurs vers cette ambiance que tend ma pièce ici : elle dégage une atmosphère semblable à celle d'un salon, douillette et chaude à souhait, où on se sent très vite à son aise. La pièce est de type semi-ouvert, donc, le client peut voir ce qui se passe à l'intérieur.

De plus, on garde ainsi une sorte de contact avec ce qui se passe sur le marché. Je trouve qu'un très grand nombre de réparateurs se comportent en … ermites ! On s'enferme tellement vite dans son coin ! En soi, cela ne veut pas dire que tout le monde est ainsi, mais on est très concentré sur son travail, car c'est un travail de haute précision. Chez Keymusic, je ne suis pas dans les rayons d'exposition à proprement parler, mais je suis quand même dans le magasin. J'ai donc un accès direct, par exemple, aux nouveaux produits. Sur base des réparations et/ou des questions posées par les clients que je rencontre, je garde en permanence une idée très claire des tendances du marché, et je trouve cela aussi intéressant qu'important.

Quelle est ta spécialité dans le domaine du réglage et de la réparation de guitares ?

Les réglages. Je sais précisément ce dont a besoin une guitare pour avoir un bon son. Quand une guitare a des problèmes au niveau des frettes, il est impossible de bien la régler, et on doit donc faire un compromis. Quand une guitare a un mauvais sillet de tête, elle se désaccorde beaucoup. Donc, tout cela, ce sont des éléments qui influent les uns sur les autres. Il ne s'agit pas tellement d'une spécialité en particulier, mais dans tout ce que je propose, je sais que je le fais très bien.

Et tu arrives à identifier le problème qui est à l'origine de la réparation ?

Oui, assez souvent. Parfois, ce n'est aussi qu'une question de recherches. Aucun problème n'est jamais vraiment le même, mais au fur et à mesure que vient l'expérience, on apprend plus facilement comment faire pour remonter à l'origine du problème. C'est ce qui constitue d'ailleurs le défi de ce boulot, sinon, ce serait toujours la même chose.

Sur quels instruments joues-tu ?

Je suis avant tout un fan de Gibson, mais dans mon arsenal, une Telecaster ne manque pas à l'appel !

Et toi, tu joues aussi dans un groupe ?

Oui, je joue toujours ! Depuis un certain temps, j'ai reformé un groupe avec l'ancien chanteur des Heideroosjes. On s'appelle STAVAST. On chante en néerlandais, et on est sans doute un "proche parent" de Bløf, mais alors, en plus hard, en plus hargneux ! Notre premier album va sortir début mars, et je vais donc moi-même jouer à diverses reprises.

Quelle est la réparation la plus compliquée que tu aies jamais eue à affronter ?

Eh bien, un jour, un client s'est présenté pour une question très particulière de colle à utiliser sur une guitare acoustique. A cette époque, je n'avais encore aucune expérience dans ce domaine. Et dans ces conditions, je lui ai simplement répondu : "Ce travail n'est pas dans mes cordes, je veux bien essayer pour vous, mais je n'ose pas garantir de résultat à 100 %". Finalement, je l'ai orienté vers quelqu'un dont je savais qu'il pourrait assurer cette réparation correctement. Mon principe, ce que quand vous livrez un mauvais service, cela risque de ternir votre réputation.

Quelles bonnes raisons ont les musiciens de venir chez Keymusic pour régler ou réparer une guitare ?

Quand ils arrivent ici, je peux leur garantir que leur guitare en ressortira dans un meilleur état. Le confort de jeu sera meilleur, peut-être en ira-t-il de même pour le son, etc. L'instrument restera aussi mieux accordé, et dans tous les cas, quand je le restituerai, il brillera de tous ses feux, car je rends toujours une guitare nettoyée et astiquée à fond !

Chaque mardi, mercredi et samedi matin, Robin Baard est présent dans la filiale Keymusic de Rotterdam. Les clients peuvent s'y rendre sans rendez-vous. Selon l'importance de la réparation, le client peut attendre dans le magasin, mais l'instrument peut aussi y être laissé quand les travaux s'avèrent plus conséquents. Pour plus d'informations, téléphonez au N° 010-211-10-00.